Connexion

Login to your account

Username *
Password *
Remember Me

Conférence - L’Iran, perspectives intérieure et régionale

Conférence - L’Iran, perspectives intérieure et régionale

Le 1er février 2017 s’est tenu à l’université Jean Moulin de Lyon un colloque à l’initiative du Cercle Convergence et avec la collaboration de la FEMO sur le thème : « L’Iran, perspectives intérieure et régionale.

La situation économique, politique et sociale intérieure de l’Iran après l’accord sur le nucléaire. La mort récente d’un des piliers du régime (Akbar Rafsandjani) et l’approche de l’élection présidentielle au mois de mai prochain permettent d'envisager les conséquences des ingérences iraniennes au Moyen-Orient, en particulier en Irak et Syrie.

Lors de ce colloque plusieurs personnalités sont intervenues.

François Colcombet, président de la FEMO (Fondation d’Etudes pour le Moyen Orient), magistrat, ancien juge à la Cour de cassation, ancien député et co-fondateur du Syndicat de la Magistrature qui exerçât à Lyon dans le passé a brossé un tableau sur les origines contemporaines de la République islamique tout en évoquant la carapace de cette théocratie qui l’empêche de se réformer.


Struan Stevenson, ancien membre du Parlement Européen, représentant l'Écosse (de 1999 à 2014). Il a été président de la délégation du Parlement Européen pour les relations avec l'Irak (de 2009 à 2014) a évoqué les ingérences iraniennes en Irak et en Syrie en analysant que l’accord sur le nucléaire n’a pas contribué à modérer l’attitude du régime iranien dans la région.

Il a aussi présente son ouvrage en anglais traduit en français intitulé : « le prix de la Liberté »,
consacré à son expérience en Irak mais surtout à sa découverte de l’opposition iranienne.

Nader Nouri, secrétaire général de la FEMO (Fondation d’Etudes pour le Moyen Orient), ancien diplomate iranien en poste à Pari, a quant à lui développé la mainmise du Corps des Gardiens de la révolution sur l’économie iranienne. Il a exprimé les raisons et l’historique de cette domination et conclu qu’aujourd’hui les Gardiens de la révolution sont mêlés à la plupart des contrats signés entre les entreprises occidentales et leurs homologues iraniens ce qui va créer de sérieux problèmes pour l’avenir de ces contrats.